Paris : un vote communiste porteur de confusion politique

Les communistes parisiens se sont prononcés à 57% pour l’union
avec le PS au 1er tour des municipales. Nombreux sont ceux qui ne
manquent pas de faire part de leur incompréhension devant ce vote qui contredit
le discours de désaccord du PC sur la politique du gouvernement socialiste. Il
prend à contrepied, avec tout le relief que peut avoir la position d’un parti
lorsqu’il s’agit de la capitale, les nombreux accords du Front de Gauche, souvent
PC compris, conclus un peu partout dans les villes grandes ou petites, pour
participer à des listes de rassemblement de la gauche et des écologistes sans
le PS.

Bien plus, ce vote brouille la lisibilité non seulement des
objectifs du Front de Gauche, qu’il réduit à n’être qu’un rassemblement
électoral à la carte, mais aussi donne une image illisible de ce que veut
aujourd’hui le PCF. En clair, choisit-il la social-démocratie blairiste au
pouvoir ou ses alliés du Front de Gauche ? Qui peut répondre à cette
question ? La direction du PCF est-elle encore majoritaire dans son parti ?
Le vote parisien, loin de conforter son orientation pro-PS, est au contraire
porteur de plus d’ambiguïtés que de réponses.

A regarder de plus près les résultats, on constate une
division des communistes bien plus qu’une approbation des thèses de Pierre
Laurent. Celui-ci a mis tout son poids dans la bataille à Paris. Son
orientation n’a été pourtant approuvée qu’à 67% par la direction de la
capitale. Laquelle a également mis tout le poids de l’appareil pour n’obtenir à
l’arrivée qu’un petit 57%, soit 10% en recul par rapport au vote de la
direction.

En résumé, un communiste sur deux dans la capitale n’est pas
d’accord pour aller à la bataille avec le PS. Pas de quoi mener une campagne
dynamique sur de telles bases. Anne Hidalgo a du souci à se faire avec de tels
alliés. Dans les villes, où le PS a choisi de mener la bataille contre le maire
communiste sortant, il va être difficile d’argumenter pour convaincre que la
direction nationale du PC n’a pas fait le choix de laisser le champ libre aux
appétits socialistes.

Quant aux villes où le choix du PC n’est pas encore fait
entre le rassemblement à gauche et le ralliement au PS, le message est clair :
faîtes comme vous le sentez mais surtout en privilégiant la préservation des
sièges plutôt que la clarté politique. Avec ça, le Front de Gauche est mal
barré, alors qu’il a suscité des attentes légitimes. Comment va-t-il après ça
mener une campagne tant soit peu crédible pour les élections européennes, dès
la fin des municipales ?  Nous
expliquera-t-on à nouveau que le danger de la droite, et surtout de l’extrême-droite,
qui est encore plus réel aux européennes, exige une liste d’union avec le PS ?

La confusion politique du PC fait courir le risque de nouveaux Brignoles
pour toute la gauche. Il va falloir ramer deux fois plus pour expliquer aux
électeurs, là où la gauche se rassemble dans la clarté, que les enjeux locaux
ne peuvent servir de rideau de fumée au renoncement d’une partie de la gauche.
Retroussons nos manches.

Robert Crémieux

**

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.