Clichy : « Tout va bien à la ville »

« Nous avions averti à maintes reprises l'autorité territoriale et ses services sur la souffrance et le mal-être qui règnent au sein de notre collectivité… Des alertes restées sans effet, et avec pour seule réponse : « Tout va bien à la ville » ! »

Cette citation d'un tract de la CFDT du personnel de la mairie de Clichy donne le ton des réactions syndicales après le suicide de M. Fernando Lino, sur son lieu de travail en Mairie, le 19 janvier dernier.

CFDT


Le drame a servi de révélateur au malaise que tous ressentaient et que les syndicats du personnel communal ont exprimé dans plusieurs prises de position publiques. C'est ainsi que la CGT dresse pour sa part un véritable réquisitoire. Le syndicat demande au maire, Gilles Catoire :

« D’arrêter d’embaucher du personnel sur des postes non adéquats (dans certains cas, des agents non formés à l’encadrement ont la responsabilité de la carrière professionnelle d’agents plus anciens et plus aguerris).

D’arrêter la promotion à double vitesse (certains agents ont bénéficié de promotions fulgurantes sans concours ou examen professionnel, pendant que d’autres stagnent malgré leurs efforts et leurs réussites à divers concours ou examens).

D’arrêter d’oppresser les agents dans l’exercice de leurs missions, quel que soit leur service, y compris, nos collègues de la DRH.

D’arrêter de paupériser le personnel en touchant à leur porte-monnaie (voir notre tract du 20 octobre 2011, concernant la suppression, illégale, du Régime Indemnitaire qui est resté, à ce jour, sans réponse).

D’arrêter d’ignorer ou de brimer ceux qui osent parler… »

Concernant le diagnostic, la CFDT fait le même constat :

« Les causes sont multiples et se cumulent, pèle mêle : intensification des tâches de travail, services en sous-effectif, recrutements inadaptés sur certains postes d’encadrement, accompagnement quasi inexistant en cas de difficultés professionnelles, trop de pression, trop de tension, aucune reconnaissance, sans parler du clientélisme et des promotions sans critères « objectifs »… Nous pourrions continuer cette liste mais celle-ci serait très longue. »

Quant au syndicat FO, il appelle l'ensemble des agents à s'exprimer, notamment à l'occasion d'une assemblée générale intersyndicale avec la CFDT, vendredi 3 février 2012.

On en peut que souhaiter que l'action solidaire des personnels puisse imposer au maire des méthodes managériales plus respectueuses de l'humain. L'affaire n'est pas gagnée, car le malaise touche, bien au-delà du personnel communal, de nombreux Clichois et Clichoises cibles régulières des manifestations de l'autoritarisme du maire dans ses relations avec les citoyens.

Le problème est récurrent à Clichy depuis de nombreuses années. Mais il s'est aggravé avec le virage à droite du Maire et sa rupture politique avec la gestion de gauche de la municipalité. Celle-ci s'est traduite on le sait par l'éviction des élus du PCF, du Front de gauche, d'Europe Ecologie-Les Verts et de Lutte ouvrière, pour se tourner vers une alliance avec le Modem et les ex-UMP. Les élus de l'ex-majorité de gauche ont été à leur tour la cible de menaces, intimidations, harcèlement. L'un d'eux, Alain Fournier, pour avoir été le premier à dénoncer publiquement le « clientélisme » que relèvent aujourd'hui les syndicats du personnel communal eux-mêmes.

Les faits sont têtus. Le drame vécu par le personnel communal et la famille de M. Fernando avait été annoncé. Il a été annoncé notamment par la dérive vers une gestion de droite de la mairie dans tous les domaines, y compris celle de la gestion du personnel. Les méthodes managériales qui ont produit les résultats que l'on connaît à France Télécom et dans de nombreux services publics victimes de la politique régressive que l'on sait. La pression de cette politique pèse sur les personnels comme sur les usagers qui aujourd'hui n'en peuvent plus. Avant de nouveaux drames il faudra imposer un changement de cap, un changement de politique et, à Clichy, un retour à une gestion de gauche de la municipalité telle que les électeurs l'ont voulu à l'occasion du précédent scrutin. A l'évidence, cette politique de gauche ne passe plus par Gilles Catoire.

Robert Crémieux

Tracts syndicaux :

Téléchargement Tract au dela de l'émotion

Téléchargement Il y a des silences qui sont de dange

Téléchargement AG_intersyndicale

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.