Ensemble contre la barbarie et le racisme

Dimanche 10 janvier 2015, les groupes politiques représentés au conseil municipal de Clichy avaient proposés au Clichoises et aux Clichois de se rassembler à midi devant la Mairie pour exprimer leur émotion et leur solidarité après les attentats meurtriers de ces derniers jours. An nom de Clichy Citoyenne et de ses diverses composantes (EELV, PG-FdG, Ensemble!-FdG, Clichy Citoyenne) Marie-Claude Fournier a lu la déclaration reproduite ci-dessous.


Déclaration de Clichy Citoyenne

Le 7 janvier nos amis, nos camarades de Charlie Hebdo ont été assassinés. Nous n’oublions pas non plus, que si les dessinateurs de Charlie étaient les cibles de cette exécution, plusieurs personnes, de simples citoyens, des salariés, des policiers, ont payé de leur vie la folie criminelle des meurtriers.
 
Je parle ici au nom de celles et de ceux qui ont partagé les combats de Charlie Hebdo, de celles et ceux qu’ils ont accompagné au long de plusieurs décennies en participant à leur façon au débat public avec leurs armes pacifiques.

Cinq jours après la tragédie du 7 janvier, ce qui nous rassemble ici aujourd’hui, c’est d’abord le deuil et l’émotion aussi forte qu’au premier jour. Plusieurs d’entre nous ici à Clichy étaient leurs amis. Nous adressons à leurs proches, à leurs familles, nos paroles de compassion et de solidarité.

 Depuis cette tragédie, de nouveaux évènements dramatiques ont eu lieu à Montrouge et à la Porte de Vincennes. Une policière municipale a été tuée et quatre personnes ont été assassinées lors d’une prise d’otage à caractère antisémite. Nous sommes pleinement solidaires de leurs familles, de leurs proches et nous partageons leur désarroi et leur peine.

 Mais si nous sommes rassemblés, nombreux, c’est aussi avec le sentiment que nous étions toutes et tous visés dans les valeurs que nous portons. Ces valeurs, nous sommes debout pour les défendre, et d’abord la liberté d’expression qui était, à Charlie Hebdo, l’un de leurs combats.
 
Ensemble nous saurons riposter à la barbarie. Nous ne pouvons ignorer qu’il nous faudra répondre aussi aux périls qui nous menacent et aux fractures que cet acte indigne peut susciter.

Au-delà de la peine et de l’émotion, nous savons que cet événement a des racines précises ayant des conséquences politiques dans notre société.  Des racines bien sûr parce qu’il faudra bien, le moment de deuil passé, s’attaquer à la question des responsabilités.

Dès demain, nous devrons répondre ensemble, en nous serrant les coudes, au racisme qui réapparait à travers des actes imbéciles et odieux visant les musulmans puisque des lieux de culte musulman et des personnes ont été la cible d’attaques violentes et injustifiables. Français, ou étrangers vivant ici, nous les assurons de notre solidarité face aux amalgames et aux discriminations.  Tous ensemble nous serons plus fort que le racisme.

Si la mort de nos amis de Charlie Hebdo a un sens, c’est aussi parce qu’ils étaient porteurs des valeurs de liberté bien sûr, mais aussi d’égalité et de fraternité, des valeurs trop souvent mises à mal dans notre société ; une société qui souffre des inégalités, qui est au bord de la rupture et où les jeunes ont peur de l’avenir.

Je n’en doute pas, nous sommes rassemblés ici pour dire notre douleur mais aussi notre détermination. Nous n’avons pas peur et nous avons confiance : nous ferons face ensemble à la barbarie et au racisme.


Clichy, dimanche 10 janvier 2015

**

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.